• L’occident voit l’islam comme sauveur dans la crise financière mondiale contemporaine

     

    L’occident voit l’islam comme sauveur dans la crise financière mondiale contemporaine

    19/06/2010

     

    L’occident voit l’islam comme sauveur dans la crise financière mondiale contemporaine

     

    Elaboration par M. Mostafa Chimi

    Chercheur en économie islamique

     

    L’islam est un système qui englobe tous les aspects de la vie tant au niveau de la croyance et de la sharia, des actes cultuels et des comportements (vis-à-vis des autres) , de la religion et de l’état, il allie le physique au spirituel dans un cadre équilibré.

    Il s’est avéré certainement et vraiment qu’il existe dans l’islam un système économique unique et merveilleux qui se distingue par des caractéristiques doctrinales, morales et comportementales inexistantes dans n’importe quel système économique humain, de même qu’il se conforme à un groupe de règles et de principes législatifs provenant des sources de la loi islamique (la sharia) ainsi que sa mise en application est valable en tout temps et en tout lieu. Le messager d’Allah – que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui – était une école universelle de tous les aspects de la vie, il n’a laissé aucune chose, qu’elle soit petite ou grande, sans ne l’expliquer par ses paroles, ses actes, sa discipline et son comportement. Il a présenté - que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui – les preuves irréfutables que l’islam est une religion complète et un mode de vie, il comprend les actes cultuels et les comportements. Il dit - que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui : (j’ai laissé parmi vous ce grâce à quoi vous n’allez jamais vous égarer si vous y resterez fermement attachés, le livre d’Allah (le Coran) et ma Sunna) rapporté par Al-Bokhari. En plus, celui qui étudie la vie du messager - que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui – y découvre un système économique parfait fondé sur un ensemble de règles et de principes scientifiques ainsi que sur des modèles pratiques et normes législatives lesquels constituent le cadre conceptuel et pratique de l’économie islamique qui représente la nature saine et correcte qu’Allah a originellement donnée aux hommes.

    Quiconque examine et analyse les systèmes économiques mis en œuvres à travers le monde trouve qu’ils suivent soit la méthode socialiste soit capitaliste ou bien un amalgame de tous les deux, tout cela est appliqué sur la base de la séparation entre l’économie et les valeurs de la foi ce qui a engendré le sous-développement, la vie pleine de gêne et l’anéantissement de la bénédiction, entraînant en fin de compte l’ouragan financier qui a ravagé toutes les institutions financières au niveau mondial qui ont été saisies par un état de panique, de peur et de confusion.

    Dans le climat de crise, des voix à l’occident ont lancé des appels à l’application de quelques fondements de l’économie islamique après l’échec des systèmes humains d’offrir aux gens la vie aisée sur le plan matériel et moral.

    Parmi ceux-ci :

    1-    Beaufils Vincent rédacteur en chef du magazine (Challenges) 4/10/1429 – 3/10/2008

    Beaufils Vincent, le rédacteur en chef du magazine « Challenges » avait écrit dans son éditorial un sujet intitulé (Le Pape ou Le Coran) qui avait suscité une immense vague de controverse et de réactions dans les milieux économiques.

    L’écrivain s’est posé la question sur l’éthique du capitalisme ? ainsi que sur le rôle du christianisme en tant que religion et de l’église catholique en particulier dans la consécration de cette vocation et l’indulgence dans la justification de l’intérêt, en signalant que ce mauvais comportement économique a amené l’humanité à l’abîme.

    L’écrivain s’est interrogé, d’une manière proche de la dérision, sur la position de l’église en demandant pardon du pape Benoît XVI et disant : je pense que nous avons plus besoin de lire le Coran au lieu de la bible dans cette crise pour comprendre ce qui passe à nous et à nos banques, car si les dirigeants de nos banques avaient essayé de respecter les enseignements et les règles mentionnés dans le Coran et les avaient appliqués, nous aurions évité les catastrophes et les crises qu’elles nous sont arrivées et nous n’aurions pas atteint cette situation désastreuse ; puisque l’argent ne donne pas naissance à l’argent.

    2 - Roland Laskine le rédacteur en chef du journal ( Le journal des Finances) a appelé à la nécessité d’appliquer la loi islamique (sharia) dans le domaine financier et économique pour mettre fin à cette crise qui secoue les marchés mondiaux à la suite du tripotage des règles du négoce et l’abus des spéculations irréelles et illégales.

     Dans son article intitulé (est ce que Wall Street est prête à adopter les principes de la loi islamique ?) , Laskine avait exposé les risques qui cernent le capitalisme et la nécessité d’accélérer la recherche d’options alternatives pour sauver la situation, en plus il avait présenté une série de propositions intéressantes, entre autres l’application des principes de la loi islamique qui vient en tête en dépit de son incompatibilité avec les traditions occidentales et ses doctrines religieuses.

     

    3 – Selon le site aljazeera.net, le Sénat français a appelé à l’adjonction du système bancaire islamique au système bancaire en France, le conseil a déclaré dans un rapport élaboré par une commission qui s’occupe des affaires financières que le système bancaire qui se base sur des règles issues de la loi islamique est confortable pour tout le monde, qu’ils soient musulmans ou non-musulmans, le rapport publié par la commission financière chargée de contrôler le budget et les calculs économiques dans le conseil a assuré que ce système bancaire islamique qui connaît un manifeste épanouissement est applicable en France.

     

    4 – En réponse, semble-t-il, à ces appels, le Haut Comité français du contrôle financier – c’est le plus haut comité officiel qui a pour mission de contrôler les activités des banques - a publié auparavant une décision interdisant la circulation des transactions fictives et les ventes symboliques qui caractérisent le système capitaliste ainsi que la stipulation de la remise de main à main dans un délai fixe de trois jours pas plus après la conclusion du contrat, ce qui est conforme aux règles de la jurisprudence islamique.

     

    5 – Le même comité avait publié une décision qui permet aux établissements et aux opérateurs dans les marchés financiers d’appliquer le système des Sukuk islamiques dans le marché organisé français, les Sukuk islamiques sont des titres islamiques liés à des actifs garants par différents chemins compatibles avec les exigences de la loi islamique.

     

    6 – Les témoignages des sages de l’Occident et des économistes se succèdent pour avertir de la gravité des circonstances auxquelles mène le système capitaliste libéral à grande échelle ainsi que pour révéler la nécessité de rechercher des options alternatives dont l’ensemble penche vers l’alternative islamique. Dans son livre intitulé (L’économie du chacal) qui a été publié récemment, la chercheuse italienne Loretta Napoleoni a appelé l’attention sur l’importance du financement islamique et son rôle dans le sauvetage de l’économie occidentale, Napoleoni a considéré que (la responsabilité de l’état d’urgence dans l’économie mondial dans lequel nous vivons aujourd’hui résulte de la corruption grandissante et des spéculations qui contrôlent le marché et qui ont conduit à la multiplication des impacts économiques), elle a ajouté que (l’équilibre dans les marchés financiers est accessible grâce au financement islamique après la destruction de la classification occidentale qui compare l’économie islamique au terrorisme, Napoleoni s’est aperçue que le financement islamique est le secteur le plus dynamique dans le monde de l’argent universel). En plus, elle a expliqué que (les banques islamiques pourraient devenir une alternative appropriée aux banques occidentales, le système bancaire traditionnel commence à montrer des fissures et a besoin de solutions radicales et profondes avec l’effondrement des bourses ces jours-ci et la crise des prêts aux Etats-Unis).

     

    7 – Depuis deux décennies, l’économiste français « Maurice Allais », lauréat du prix Nobel d’économie, avait traité la crise structurelle que connait l’économie mondiale et menée par le libéralisme féroce en considérant que la situation est sur le bord d’un volcan et en avertissant de la ruine sous le poids de la double crise (l’endettement et le chômage). Pour sortir de la crise et rétablir l’équilibre, il avait proposé deux conditions, il s’agit de la modification du taux d’intérêt pour qu’il atteigne la limite du zéro ainsi que la revue du taux d’imposition pour qu’il s’approche de 2%. Ceci correspond exactement à la suppression de l’usure et au pourcentage de la Zakat dans le système islamique.

     

    8 – Sur la base de ce qui précède, il est exigé de nous les musulmans et les économistes de profiter de cette opportunité et l’exploiter en faveur des musulmans et la propagation de l’islam, en plus, un groupe de chercheurs islamiques et économistes dans le monde islamique en partenariat avec toutes les organisations et les gouvernements islamiques doit mettre en place un plan pour résoudre la crise économique et la solution doit être conforme à la loi islamique. Quand l’occident en sera convaincu, il l’appliquera rapidement car il plonge dans la perte et dans les effondrements, une fois que ce plan réussira à résoudre cette crise, l’occident va envisager à nouveau et reconsidérer l’application de la loi islamique et son usage dans d’autres domaines tels que les codes pénaux, l’héritage et d’autres.

     

    9 – Toby Pirsch, le directeur du fonds Pirsch Assets pour la gestion des actifs à Genève avait expliqué l’importance du financement islamique en disant (les principes de la Sharia vont aidé les gestionnaires d’actifs à se détourner de l’ingénierie financière ainsi qu’à passer à la participation aux risques et aux bénéfices, c’est un système qui est beaucoup plus meilleur).

     

    Il a également signalé que de nombreux investisseurs sont attirés par les investissements conformes à la loi islamique car ils s’éloignent des produits qui sont difficiles à comprendre pour beaucoup et se concentrent sur des produits concrets (matériels), il a indiqué que (la destruction des actifs réels est plus difficile que la destruction des produits financiers compliqués).

     

    En outre, il a dit que les banques islamiques, en ce qui concerne les services bancaires, ne peuvent prêter que ce qu’elles possèdent comme dépôts ce qui évite la synthèse du crédit et tous ses effets que nous avons vus au cours de la crise financière.

     

    Il a ajouté : « quand j’ai examiné les principes du financement islamique j’ai y trouvé toutes les réponses ».

     

    10 – Le Vatican appelle les banques à adopter l’économie islamique.

     

    La vraie surprise était que l’appel à l’adoption des bases de l’économie islamique est provenu cette fois-ci du château du christianisme (Le Vatican), le journal officiel du Vatican (L’Osservatore Romano) avait invité dans un article à adopter les méthodes financières islamiques puisqu’elles renferment les préceptes moraux qui vont restaurer la confiance entre les banques et les clients.

     

    Je conclus par un appel coranique magnifique, par la parole du Tout-Puissant : « Ô gens du Livre! Notre Messager (Muhammad) vous est certes venu, vous exposant beaucoup de ce que vous cachiez du Livre, et passant sur bien d'autres choses! Une lumière et un Livre explicite vous sont certes venus d'Allah ! Par ceci (le Coran), Allah guide aux chemins du salut ceux qui cherchent Son agrément. Et Il les fait sortir des ténèbres à la lumière par Sa grâce. Et Il les guide vers un chemin droit ». (La Table servie 15 – 16).

     

    Sources de recherche :

     

    1 – Le site Aljazeera.net

    2 – Le journal qatari « As-Shark »

    3 – Le site Onislam

    4 – Le site http://www.lorettanapoleoni.com

     

     

     

     

     

     

     

          

     

     

     

    « Allah n'a pas placé deux cœurs à l’intérieur de l’homme La raison est une grâce divine et la réflexion est un devoir islamique »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Jbira/économie.islam
    Samedi 17 Septembre 2016 à 03:00
    Le prophète Mohamed a interdit les transactions de l'accise (perception de péage, et l'origine du péage dans la langue arabe est la pénurie et l'injustice, argent qui a été pris à partir des fournisseurs pendant le temps de l'ignorance)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :